Related Posts with Thumbnails

Les Têtes Brulées

C’est en 1986 que le public découvre les Têtes Brûlées sur les écrans de la toute nouvelle télévision nationale du Cameroun. Visages peints, coiffures étranges, habits déchirés et colorés : les cinq membres du groupe formé autour du trompettiste Jean-Marie Ahanda apportent un air de révolution déjantée dans le monde musical camerounais, alors dominé par le makossa. 

Ecouter leur Musique

Grâce au talent exceptionnel de leur jeune guitariste Théodore Epeme dit Zanzibar, les Têtes Brûlées dépoussièrent le bikutsi, une musique traditionnelle du Sud forestier. Le succès est immédiat au Cameroun, comme en Europe. Il est tel que la première tournée des Têtes Brûlées en France fait l’objet d’un film réalisé par Claire Denis, Man no run (1989), après la sortie d’un premier album Essinga. Mais tout change avec la disparition brutale de Zanzibar. Le public camerounais impute son décès à ses camarades et se détourne du groupe, raconte aujourd'hui Ahanda. "Les gens se sont soudain mis à détester ce qu’ils aimaient", dit-il.

Cahin-caha, les Têtes Brûlées poursuivent tout de même l’aventure. Trois disques, Ma musique à moi (1990), Bikutsi rock (1992), Be happy (1995) sont enregistrés. Au fur et à mesure que les années passent, certains de ses membres quittent le groupe, de nouveaux arrivent. Un album, Bikutsi Fever, qui rassemble les meilleurs titres des "Burnt Heads" sort en 2000 sous le label Africa Fête de Mamadou Konté. Un long silence le suit. Le single Repentance, enregistré à New York par Francis Mbappe, marque en 2009 la naissance d’une nouvelle version du groupe. Jean-Marie Ahanda, dernier rescapé des membres fondateurs des premières Têtes brûlées, et le guitariste Jacques Atini, dit Tino, en sont les piliers.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×