Related Posts with Thumbnails

Présidentielle gabonaise : Jour “J” moins six

gabonA six jours du scrutin, les meetings s’intensifient à Libreville et dans le pays profond.

Bruno Ben Moubamba, candidat à l’élection présidentielle du 30 août au Gabon, en grève de la faim depuis huit jours pour réclamer le report du scrutin, est sorti de l’hôpital hier matin. Il y avait été admis samedi dernier en raison d’une dégradation de sa santé. Le candidat était entré dans le coma. Depuis hier, le présidentiable est donc revenu devant le siège de l’Assemblée nationale où il campe depuis le 15 août, en réclamant le report de la présidentielle et la démission du gouvernement. Jeudi dernier, la présidente gabonaise par intérim Rose Francine Rogombé avait dépêché des émissaires auprès de lui afin qu’il interrompe sa grève pour “des motifs humanitaires”, ce que Ben Moubamba avait décliné, indiquant que sa diète était “un acte politique” auquel il attendait en réponse “un acte politique”. Onze autres présidentiables ont également réclamé le report de la présidentielle, en dénonçant des “irrégularités et inégalités trop flagrantes”.

Quant à Ali Bongo, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) il poursuit sa tournée marathon à l’intérieur du pays alors que ses adversaires tentent de séduire les Librevillois. Jeudi dernier, Ali Bongo était à Port-Gentil, capitale économique du Gabon réputée hostile envers le PDG. Il n’y a obtenu que 15 des 63 conseillers lors des locales de 2008. Pour gagner les cœurs des électeurs, Ali Bongo a fait dans l’humour, vantant sa «beauté», et en fustigeant les «ingrats» et «traîtres» du régime de son défunt père Omar Bongo Ondimba. Il a aussi dénoncé le manque de loyauté des politiciens qui ont longtemps trompé son père. « On nous a toujours appris au Gabon à ne pas cracher dans la soupe qui t’a nourri. Et ça, qu’on soit grand, petit, riche, pauvre, c’est un principe», a-t-il affirmé. Les responsables locaux de cette ville, naguère considérée comme le bastion de l’opposition, ont promis leurs suffrages à Ali Bongo Ondimba, tout en réclamant le développement de leur région. Tout au long de sa tournée en région, le candidat du PDG décline son programme de société, basé entre autres sur le développement socio-économique, la construction des logements, la formation des jeunes et l’augmentation des salaires.

Pendant ce temps, les différents états-majors des autres candidats en lice fait les yeux doux aux populations de Libreville. Et d’un candidat à l’autre, la méthode diffère. Mea culpa pour l’ancien ministre de l’Intérieur André Mba Obame qui a quitté le PDG. Il s’est agenouillé lors d’un meeting pour demander pardon pour le mal qu’il dit avoir cautionné en tant que membre du parti au pouvoir. Le candidat Bernard Oyama a choisi de faire le porte à porte, notamment dans les différents bidonvilles des quartiers de Libreville. Au programme, des meetings et des rencontres dont l’objectif, selon le candidat, est de mieux s’imprégner des difficultés des Gabonais. La campagne doit prendre fin le 29 août.

Synthèse de Hugues Marcel TCHOUA. Cameroun Tribune

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site