Related Posts with Thumbnails

Douala : Les étrangers toujours prisonniers au port

guineeLes étrangers expulsés de la Guinée Equatoriale restent toujours bloqués dans le bateau.

Combien de temps faut-il encore accorder aux autorités administratives, le gouverneur de la région du Littoral et le préfet du département du Wouri, pour connaître le sort qui sera finalement réservé aux 29 étrangers de nationalité malienne, burkinabé et ivoirienne, arrivés au Port autonome de Douala mercredi dernier, 30 septembre autour de minuit ? Expulsés de la Guinée Equatoriale, ces individus sont depuis leur arrivée au Cameroun en attente de la réaction des autorités camerounaises. Sans aucun document d’identité, parce qu’ayant été retenus par les forces de sécurité équato-guinéennes, ils vivent prisonniers dans ce bateau qui n’est pas, contrairement à ce qui a été indiqué vendredi dernier, un passeur, mais un remorquer bien connu des côtes camerounaises et de Guinée Equatoriale.

Charité
A défaut de les accueillir sur le territoire camerounais, les témoins de cette scène inhumaine qui se produit actuellement au Port de Douala se demandent si l’on ne peut pas simplement renvoyer vers la Guinée Equatoriale ces personnes. Interpellées par le propriétaire du «Jaguar», Patrice Tsimi qui continue de nourrir à ses frais ces personnes, les autorités camerounaises tardent à donner la position du gouvernement. Pour l’instant, le propriétaire du bateau est aidé dans cette œuvre de charité par quelques Maliens installés à Douala. Parmi ces étrangers, des cas de maladie sont déjà signalés.

Mutations a d’ailleurs pu constater, en se rendant sur ce bateau toujours gardé par des policiers, que parmi ces hommes qui sont par ailleurs exposés au soleil et à la pluie, certains sont très affaiblis. «Je ne sais pas qui va répondre si, par malchance, l’un de ces personnes décède dans ces conditions», se demande le propriétaire du bateau. Il rappelle que c’est la partie camerounaise qui a bel et bien accepté l’entrée dans les eaux camerounaises de cette «cargaison». Du fait de cette situation, le propriétaire du «Jaguar» voit en même temps son activité bloquée avec l’immobilisation de son remorqueur. Arrivés au Cameroun mercredi dernier, ces 29 étrangers étaient accompagnés de 14 Camerounais. Ces derniers ont été libérés dès leur arrivée à Douala. Avant leur expulsion, ils étaient détenus, pour diverses raisons, dans des prisons en Guinée Equatoriale.

Lazare Kolyang. Mutations

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site