Related Posts with Thumbnails

Deux militaires présumés braqueurs interpellés

militaires-camerLe gang comptait 6 civils et 2 militaires, apprend-on du commandant de la brigade de recherches de Ndogbat à Douala 2ème, auteur de ce coup de filet. Les présumés faussaires ont été interpellés le 26 août dernier. Trois des 8 malfrats ont conduit à démanteler tout le groupe. Les présumés bandits comptaient dans leur besace, un pistolet automatique (Pa), une cinquantaine de munitions de guerre et un sac contenant plusieurs téléphones portables. Depuis leur interpellation, ils ont séjourné à la brigade de Ndogbat jusqu’à hier lundi 7 septembre. Ils sont actuellement gardés au parquet du tribunal militaire, à Bonanjo.

Ils seront déferrés à la prison centrale de New Bell dans les prochains jours, en attendant l’ouverture de leur procès. Sur l’ordre de “la hiérarchie”, le commandant de brigade de Ndogbat s’abstient de livrer plus amples informations, notamment l’identité des présumés coupables de vol en série, encore moins celle des deux militaires faisant partie du gang. L’on sait tout au plus que ces derniers sont des soldats de l’armée de terre, avec chacun, trois ans de service. Les 8 présumés malfrats ont en moyenne 24 ans. Ils étaient spécialisés dans le braquage d’établissement de commerce, de domicile, de mini-cités.

M.N.M

Bertoua
Un fabricant de Macocottes assassiné

C’est mardi 1er septembre 2009 que le corps du nommé Manga, un fabricant de macocottes originaire de la région du Centre selon le témoignage de ceux qui le connaissaient a été retrouvé derrière la station service Texaco à Bertoua. Le corps de Manga, un homme d’une trentaine d’années a été retrouvé sur un hangar très tôt samedi dernier vers 5 heures du matin par les populations de la localité. Selon les témoignages recueillis sur la scène, Manga habitait le quartier Tigaza alors que sa fabrique de macocottes se trouve non loin du lieu où son corps a été retrouvé.
La veille, il aurait selon les mêmes témoignages, vendu son produit au marché central de la ville et retourner à l’atelier avec trois macacottes seulement. Dans la nuit, il décide de rentrer dans son domicile malgré une forte pluie. Un de ses voisins va l’aider avec son parapluie qu’on retrouvera le matin non loin de son corps. En attendant d’en savoir un peu plus, l’on parle déjà d’une agression à main armée. Il était marié et père de 3 enfants. Son corps se trouve à la morgue de l’hôpital régional de Bertoua. Une enquête policière pour déterminer les causes de cette mort suspecte a été ouverte à cet effet au commissariat central de Bertoua.

S.C.E , Mutations

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site