Related Posts with Thumbnails

Détournement au Minefi : Le cerveau du gang au aux arrêts

yaoundeUn vaste réseau a été démantelé. Les bons de commande parallèle vendus aux prestataires. Les victimes aux abois. Des complices s’agitent au ministère des Finances. Thérèse E. est une femme d’affaires bien connue dans les couloirs du ministère des Finances. Son amabilité, sa courtoisie et surtout le sérieux qui la caractérisent font d’elle un prestataire assez remarquable et très appréciée. Seulement, ces qualités fondamentales dans les relations humaines ne sont pas forcément déterminantes dans les milieux des affaires.

Seule la circonspection est capitale dans ce domaine.

Genèse

Cette dame qui a pourtant fait du chemin dans le business l’a appris à ses dépens. Elle s’est faite escroquer près de 10 millions de Fcfa par Patrick Mekinda, cerveau d’un gang qui opérait jusque là en toute quiétude avec la complicité de certains cadres du ministère des Finances.

Les choses sont allées très vite. Quand Patrick Mekinda aborde Thérèse E. aux Finances. Elle est loin d’imaginer le cauchemar qui l’attend. Au contraire! Elle pense qu’elle vient de faire la rencontre de l’homme providentiel qui va donner un souffle nouveau à ses affaires. Rapidement, l’inconnu va lui proposer d’un seul coup 4 bons de commande d’une valeur de 4,5 millions Fcfa à 2 millions Fcfa le bon pour un total de 8 millions Fcfa. Thérèse pense que c’est une bonne affaire. Sans hésiter, elle va se rendre à sa banque pour un prêt d’argent qu’elle va donc mettre à la disposition de Patrick L’enregistrement va lui prendre près d’un million Fcfa. Les choses vont se corser au moment de l’engagement des bons.

Sans se soucier de quoi que ce soit, Thérèse E. va se présenter aux Finances comme d’habitude pour engager ses bons de commande. Malheureusement pour elle, les choses vont mal se passer. Pendant qu’elle attend, les antigangs du Secrétariat d’Etat à la Défense (Sed) arrive manu militari et l’embarque. En fait, ce qui se passe, c’est que lesdits bons de commande qui sont pourtant authentiques ont l’imputation du ministère des Transports alors que le marché à exécuter se trouve au ministère de l’Education de Base. Toute chose qui attire l’attention de la personne chargée d’engager le bon. En plus, le personnel de ce service est désormais sensibilisé sur ce trafic. Il va donc solliciter l’intervention de la gendarmerie.

Bons authentiques

Une fois là bas, l’enquête sera ouverte. Très rapidement, les enquêteurs se rendent compte que Thérese n’est que la victime d’un réseau de malfrat où trône Patrick Mekinda. Ce dernier qui a déjà fait plusieurs victimes a été arrêté quelques jours avant. Thérèse n’aura pas de mal à le reconnaître parmi les bandits enfermés dans les cellules de la gendarmerie. Patrick Mekinda va passer aux aveux complets.

Entre-temps, selon les sources proches de l’enquête, certains hauts cadres des Finances exercent une pression à nulle autre pareille sur le responsable en charge des enquêtes pour libérer ce malfrat. En fait, ils redoutent que le réseau ne remonte jusqu’à eux. Car rien ne justifie que Patrick Mekinda qui n’est pas un employé des Finances soit en possession des bons authentiques. Ce qui confirme une ou des mains invisibles du Minefi.

Selon une source digne de foi dans le département ministériel de Lazare Essimi Menyé, plusieurs bons sont payés dans ces conditions et font perdre à l’Etat des centaines de millions de Fcfa. Ce qui laisse entendre que la corruption, véritable serpent de mer, a encore de beaux jours devant elle compte tenu de l’ingéniosité des Camerounais dans ce domaine. Ils inventent des subterfuges chaque jour pour détourner les deniers publics. Les institutions en charge de la corruption doivent remuer les méninges pour être à la hauteur de leur mission.

dikalo : Dominique Ndocki

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site