Related Posts with Thumbnails

Trafic de médicaments : Des ARV dans les pharmacies du poteau

medicament-made-in-camerounLes produits seraient disponibles en quantités suffisantes dans les hôpitaux, mais la présence de stocks dans les circuits informels préoccupe les autorités.

Joseph Beti Assomo, préfet du département du Mfoundi, a une nouvelle fois frappé un grand coup hier. Un stock de médicaments de la rue a été saisi et détruit dans la capitale à l’initiative du ministre de la Santé publique. Mais cela aurait pu être classé dans les activités de routine si dans cette cargaison on n’avait pas retrouvé des antirétroviraux (ARV) destinés aux hôpitaux publics. Dès lors, des interrogations fusent, pour comprendre comment ces médicaments, pourtant gratuits, ont pu se retrouver dans le commerce, quel qu’il soit. La situation mondiale des personnes vivant avec le Vih/sida n’étant guère des plus tranquilles en ce moment.

En effet, de récentes estimations de la Banque mondiale indiquent que le traitement antirétroviral de 1,7 million de personnes est menacé, 15 pays étant “hautement exposés” au risque d’interruption de traitement. Par conséquent, très concerné par ce rapport, le conseil d’administration du Fonds mondial pour la lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose, lors de sa 19e session, a demandé aux dirigeants de déléguer aux Comités adéquats la mission de présenter au conseil d’administration, lors de sa vingtième réunion, un rapport d’actualisation sur cette question. Ce rapport devant comprendre une analyse – menée en urgence par le Secrétariat, en collaboration avec les partenaires – désignant les pays bénéficiaires du soutien du Fonds mondial pour le traitement du VIH/SIDA, de la tuberculose et du paludisme exposés à un risque d’interruption de traitement en 2009/2010. Par ailleurs, il y a nécessité d’accroître la mobilisation des ressources, étant entendu que l’intérêt suscité par les innovations en matière de traitement et de soins pourrait se traduire par une hausse initiale des coûts. C’est pourquoi une étude visant l’amélioration des résultats et la réduction du coût de traitement et susceptible d’entraîner des changements de protocoles, a été commandée.

Au Cameroun, on n’en est pas encore là. Le Dr Jean Bosco Elat Mfetam, secrétaire permanent du Comité national de lutte contre le Sida rassure : « Le Cameroun est toujours éligible au financement du Fonds mondial. Nous venons de déposer notre dossier de candidature pour le 9e round et sommes dans l’attente des résultats ». Quant à la chaîne de distribution des ARV, elle semble ne souffrir d’aucune perturbation. Selon un responsable de la Centrale nationale d’approvisionnement en médicaments essentiels et consommables médicaux (CENAME), les stocks sont suffisamment fournis. Et concernant les ARV commercialisés, « il s’agit des produits de contrefaçon. En fonction des étiquettes que nous avons pu vérifier, certains de ces médicaments ont été spécialement fabriqués pour un pays voisin », affirme notre source. A l’hôpital du jour de l’Hôpital central de Yaoundé, principale unité de prise en charge de la région, on ne se plaint pas non plus. Selon le Dr Charles Kouanfack, responsable de ce service, tous les protocoles de traitement sont disponibles, et en quantité suffisante. Mais personne ne semble au fait du mécanisme conduisant les ARV dans la rue, alors que le ministre de la Santé a invité, il n’y a pas longtemps, les populations à dénoncer toute personne surprise en train de vendre les ARV.

Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM, Cameroun Tribune

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site