Related Posts with Thumbnails

Journée Mondaile de Lutte Contre le SIDA

La 21ème édition de la Journée Mondiale contre le sida  porte cette année sur  l'accès universel et les droits de la personne.


Le droit à la libre circulation est, en particulier à l'heure de la mondialisation, l'un des droits  fondamentaux.


Or  la liberté de circulation est  refusée à des  personnes séropositives dans de nombreux Etats membres de l'ONU.  Des mesures discriminatoires s'appliquent ainsi dans 12 pays à l'encontre des millions de personnes contaminées par le VIH auxquelles est refusée l’entrée sur le territoire. Alors que les Etats-Unis, par la voix  du président Barack Obama, viennent enfin et après une longue procédure, de lever l’interdiction d'entrée sur  leur territoire pour des séjours de courte durée, je souhaite dire mon souhait le plus profond que des mesures identiques puissent être prises dans les autres pays qui appliquent encore une législation particulièrement discriminatoire et stigmatisant.

Par ailleurs, d’inadmissibles entraves à la liberté d'installation dans un pays, si on est séropositif,  sont en vigueur dans pas loin de la moitié  des pays dans le monde.

 

Cette année une étude a attiré mon attention :



La circoncision comme moyen de prévention du Sida

 

La circoncision aurait pour conséquence de réduire de 30%, chez le partenaire féminin, la probabilité d’être infecté par le virus du Sida. Tel est le résultat statistique obtenu sur la base des dossiers médicaux de plus de 300 couples en Ouganda, chez lesquels le partenaire féminin était séronégatif pour le VIH et le partenaire masculin séropositif. Les effets protecteurs de la circoncision en termes de réduction du risque d’infection parmi les femmes, se confirment. La circoncision réduit par ailleurs le taux de trichomonas et de vaginosis bactériens chez les femmes. L’étude est présentée comme la première à démontrer les bénéfices, pour les partenaires féminins, de la circoncision masculine.


Selon les chercheurs de la Hopkins ayant conduit l’étude, Ronald Gray et Steven Reynolds, les résultats obtenus soutiennent les efforts destinés à établir la circoncision masculine en tant que moyen effectif de prévention de l’infection par le VIH. La circoncision est une pratique commune en Amérique du Nord ainsi que parmi les Musulmans et les Juifs, mais pas en Afrique de l’Est et du Sud, ni en Europe et en Asie.


L’étude confirme ce qui avait été noté de manière anecdotique en Afrique, où les régions dans lesquelles la pratique de la circoncision était générale présentent des taux d’infection par le VIH plus bas. Les recherches confirment aussi ce qui avait été rapporté à l’été 2005, à partir d’une expérience clinique conduite en Afrique du Sud, quand aux effets protecteurs de la circoncision sur les hommes séronégatifs à l’égard du VIH, ayant des rapports sexuels avec des femmes séropositives.


Selon les chercheurs, les effets de la circoncision tiennent à la nature de la face interne du prépuce, qui a la texture d’une muqueuse, dont les cellules retiennent le virus plus facilement et contiennent neuf fois plus de virus que la face externe. Enlever le prépuce permettrait de réduire le facteur de susceptibilité ou degré d’exposition au VIH du partenaire sexuel.


D’autres études sont en cours qui devraient permettre de conclure au sujet de la nécessité de recommander la circoncision. D’ores et déjà, les informations, dans le cas où elles sont confirmées, signifient qu’un cas de maladie du Sida pourrait être prévenu, quelque soit l’endroit, pour la circoncision de 15 à 60 hommes.

 

Ces étudses seraient d’autant sérieuses que L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et Onusida recommandent officiellement la circoncision comme moyen supplémentaire de prévention contre la propagation du SIDA, confirmant ainsi les résultats 'une quarantaine d'études menées jusqu'à ce jour dans le monde entier.

 

Encore faut-elle que cette opération bénigne soit effectuée dans de bonnes conditions d'hygiène, par des praticiens compétents et qu'un minimum de précautions soient prises. Il est admis, en effet, que la circoncision augmente le risque de contagion en cas de rapport sexuel avant cicatrisation complète. Autre condition indispensable, l'accès à la circoncision doit être accessible à tous, y compris les plus pauvres, l'argent ne devant pas constituer un obstacle.

Mais tant l'OMS qu'Onusida mettent en garde contre un sentiment de fausse sécurité qui pourrait résulter de la circoncision. Car si celle-ci réduit les risques de contamination, elle ne rend pas la maladie intransmissible et ne dispense pas de l'usage du préservatif ou d'autres moyens de préservation.


Mais n’oubliez pas la meilleure prévention reste le préservatif. Sinon il y a aussi l’abstinence.

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site