Related Posts with Thumbnails

Paul Biya ou la malédiction démocratique:

Radioscopie d’un Processus politique bâclé.

biyaLa fin des 20 siècles marquera l’histoire des peuples africains dans la mesure où c’est aux encablures de celui-ci que bons nombres d’états retrouveront, dans la forme, vers la fin des années 80, leurs souverainetés politiques.Ce que beaucoup d’experts oublient de mentionner, c’est que l’africain doit ce bouleversement à la lutte de deux grands courants idéologiques, je pense au capitalisme et au socialisme/communisme ; le premier inspiré par les Usa et le second par l’union soviétique.

On peut donc de manière succincte affirmer, sans craindre, que l’Afrique, doive donc sa démocratie à la perestroïka ; donc à Gorbatchev, et non au sommet de la Baule ; donc à Mitterrand, comme certains observateurs et Auteurs « assimilés », atteints de myopie intellectuelle, continuent d’affirmer sans honte. Derrière la démocratisation de l’Afrique se cachait donc les grands enjeux d’un Capitalisme noyé, masqué, déguisé dans l’idéologie de la Globalisation ou mondialisation. L’Afrique, au grand dam de la majorité de ses fils, se trouve perpétuellement téléguidée par des forces exogènes. De l’esclavage, on n’est passé à la colonisation, ensuite aux modèles de gouvernances imposées de manières abruptes ; et enfin aux plans d’ajustements structurels perpétuellement remis en cause ; ou revisités… C’est d’ailleurs au nom de cette démocratie qu’une guerre étrange fût déclenchée en Irak après les attentats du 11 septembre 2001. La Question qu’il faut aujourd’hui se poser est la suivante : Que nous a apporté la démocratie depuis 20 ans ? Je veux parler du Capitalisme sous-jacent…

La démocratie en question

Le cri perçant du « paysan » africain, persécuté par la douleur, ne saurait rester inaudible dans le monde, depuis les bouleversements institutionnels des années 90 dans la majorité des pays du continent noir. Nul ne peut le nier ; la démocratie, telle que nous la décrie Le philosophe-journaliste Matthias Victorien Ntep ; dans un article “d’utilité publique”; digne d’intérêt et publié sur cet hyperlien http://www.camer.be/index1.php?art=6680

ne saurait être une malédiction en soi. Elle vient, la démocratie, à mon avis, compléter un processus d’ascension sociale et politique qui sied à tous peuples qui aspirent à l’égalité et au bien-être psychique et matériel. Selon le dictionnaire Larousse, Démocratie est un nom féminin tiré du grec (dêmokratia), qui veut dire : Système politique, forme de gouvernement dans laquelle le pouvoir émane du peuple.

Le fait que les Camerounais soient épris de démocratie n’est pas le fait du hasard. Le fait qu’ils soient ainsi, je parle toujours des Camerounais, vient juste prouver aux yeux du monde que ceux-ci, par nécessité intérieure… ont toujours souhaité rompre avec les différentes tricheries politiques qui ont marqué leur parcours politique depuis les années 1950.

Si certains Pays africains ont célébré l’accès à la démocratie sous des airs de fêtes, il n’en est pas de même pour le Cameroun qui, dans les années 90, a célébré l’accession à son printemps démocratique, dans un air de vandalisme et de terreur. Maître Yondo Black, Ekane Anicet, Henriette Ekwé, Albert Moukong, Monga Celestin et même Fru Ndi etc… en furent des héros.

Qui dans l’opinion Camerounaise ne se souvient pas des Machettes offertes à Paul Biya, le roi du Cameroun dans le but de l’aider à défendre son pouvoir ? Qui ne se souvient pas de cette phrase « me voici donc à Douala » prononcée avec mépris par le chef de l’état actuel lors de la dernière visite officielle qu’il effectuait à douala dans le but de défier le peuple qui aspirait à la démocratie ?

Qui ne se souvient pas de l’exil forcé des prélats Camerounais tel le regretté Jean Marc Ela qui songeait jour et nuit à l’instauration d’une démocratie chrétienne au Cameroun ? Je parle de cette démocratie-là qui ne souhaite que concilier doctrine politique, économique et sociale aux principes démocratiques, et les principes du christianisme qui visent essentiellement à améliorer le sort des milieux populaires ? N’est ce pas là le meilleur modèle pour nos populations majoritairement paysannes et essentiellement pauvres ?

À ce problème, Le gouvernement actuel a trouvé mieux d’y répondre par la vulgarisation des millénarismes, des syncrétismes, et des nouveaux messianismes qui aliènent au quotidien nos populations majoritairement analphabètes ? Ne continue-t-il pas d’y répondre par la séquestration et la « muselation » des opposants Camerounais tel Eric Kingué l’ex maire de Njombe-Penja ou Lapiro de Mbanga ? Ne continue-t-il pas d’y répondre, de manière morgue aux Désiratas du peuple souverain ? Si non, pourquoi Tsimi Evouna brise-t-il les destins en plein jour, et au nom d’un embellissement asocial et ingrats de la cité Capitale ? Les crédits du CD2 ne peuvent-ils servir à la création des entreprises ?

Nous le disons en vérité : Il est inutile de jeter l’anathème sur l’opposition Camerounaise des années 90 comme le fait Louis Tobie Mbida dans l’intérêt de se repositionner après un abandon mesquin du vrai combat politique. On n’acquiert pas l’expérience démocratique en un jour ; il revenait à Paul Biya d’ouvrir son cœur en offrant sa magnanimité politique, la « vraie », au Peuple souverain, véritable garant de paix et de prospérité. Les fossoyeurs de la démocratie Camerounaise sont les adeptes du colon, de Wagner, de Kant, de Nietzsche de Hegel et même de Sarkozy, donc les traîtres à la cause nationaliste. Si nous reconnaissons que la démocratie telle que pratiquée au Cameroun n’a que fait de pauvres, il n’en demeure pas moins vrai qu’elle est instigatrice d’une nouvelle bourgeoisie locale qui défend mordicus ses acquis. Paul Biya n’est-il pas déjà interpellé pour 2011 alors même que le pays est au bord de l’implosion après les révélations faites par le CCFD et l’opération épervier ?

Les solutions politiques…

Si nous reconnaissons que certains ennemis de la république tapis dans l’ombre, pour des intérêts économiques, depuis l’occident, attisent les feux de la géhenne qui plongent le Cameroun dans la misère profonde, il reste évident d’affirmer que la stabilité du Cameroun passe par une véritable ouverture démocratique qui implique naturellement l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes. Il revient donc à Biya d’y songer. Les appels de pieds lancés par les militants du RDPC sur toute l’étendue du territoire camerounais ne sont que des manœuvres politiciennes bourriques, avec pour but de maintenir coûte que vaille, un roi, un « candidat naturel » aux affaires, au grand dam de la majorité des camerounais, humiliés, découragés et désabusés par le RDPC.

Si Biya, de bonne foi, peut sortir le Cameroun des sentiers battus de la démocratie, il n’en demeure pas moins vrai que les camerounais y joueront un rôle majeur. Ils ne le joueront que s’ils s’impliquent davantage dans le militantisme politique ; nous ne parlons pas du militantisme la société civile qui est dans le cas du Cameroun une démission collective à l’action politique véritable, nous parlons ici du militantisme à l’image de Moumié, d’Um, d’Ossendé, de Kingué Abel, de Mongo béti, de Téne Sop, de Rene Elong, de Moise Essoh, de Jeannot Ankaye, de Mboua Massock, d’Arthur Awoumou de Joe la conscience, de Guy Simon Ngakam, de Mouafo Djontou, de Célestin Djamen etc. Du militantisme révolutionnaire qui a porté Barack Obama au sommet de l’exécutif Américain, ou encore du militantisme économique qui nous fait défaut, puisque le Cameroun manque cruellement d’entreprises.

En 20 ans de démocratie, nous pouvons affirmer sans craindre que le bilan soit nul, puisque pour Biya : liberté d’expression égale démocratie. C’est un leurre…

Si l’Etat centralisé a échoué, il nous reste le fédéralisme, puisque la démocratie a apporté chez nous la haine, vous le savez tous ; le vol, la corruption, les Sectes bizarres, les tricheries électorales, la mendicité et les flagorneries politiques. Issa Tchiroma Bakary pourra-t-il le nier ?

Correspondance particulière : Alain Nanzé

Source

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×