Related Posts with Thumbnails

Mboua Massock veut un scrutin à deux tours

mboua-massock21Le candidat déclaré à la présidence de la République a par ailleurs présenté au cours d’une rencontre les grands axes qui vont constituer son cheval de sa bataille.

L’évènement n’a pas attiré grand monde. Les populations du carrefour Nkongmondo à Douala n’ont pas répondu massivement à la commémoration du cinquantenaire de l’assassinat du “leader nationaliste camerounais” Ruben Um Nyobè. A en croire le nationaliste, “Um Nyobè était fils du quartier parce qu’il y a habité. Aussi parce que ce quartier a accueilli le siège de l’Union des populations du Cameroun (Upc)”. Il est donc important pour ce dernier de terminer la révolution qu’avait commencé le secrétaire général de l’Upc avant son assassinat survenu le 13 septembre 1948. Aussi de tourner la page de gouvernance d’un pays par un autre pays.

Pour cet évènement capital pour la Nouvelle dynamique Nationaliste Africaine, (Nodyma), parti de Mboua Massok, il avait à ses cotés Makani Sergio Bonat, le président national du Rassemblement pour l’union (Rpu) un nouveau parti qui vient de se rallier à la Nodyma. Le but recherché étant de “faire bloc au parti au pouvoir. Aller aux élections en rangs dispersés c’est aller tout droit vers l’échec. C’est même travailler pour que le Rdpc revienne au pouvoir. Nous devons impérativement nous réunir pour mener la lutte ensemble”, déclare le président du Rpu. Toutefois, pendant son allocution, le “combattant” Mboua Massok a mis un accent particulier sur les élections et surtout, il a présenté son plan d’action pour les élections à venir.
“Si je suis élu président de la République comme ce sera le cas, parce que vous m’aurez choisi, j’entends mener une bataille à mort pour sortir ce pays de sa gouvernance par un autre pays”, déclare le “futur président de la République du Cameroun”. Seulement, pour y parvenir, le candidat entend lutter contre des obstacles au rang desquels, le Bataillon d’intervention rapide (Bir) qui pour lui est une armée formée beaucoup plus pour tirer sur les Camerounais.

“Je vais créer une armée républicaine qui aura pour principale mission de veiller sur les hommes et sur le territoire”, annonce t-il. Pour lui, après 50 ans, le pays doit être gouverné par un patriote. Et les jeunes doivent être prêts à accepter l’humiliation, la torture, la prison et la mort. “Ce sont ces jeunes dont j’aurais besoin. Des jeunes qui sont prêts à mourir pour leur pays”, poursuit fermement le combattant.
Mboua Massok entend aussi mettre sur pied un système électoral différent d’Elecam qui sera clair et transparent. Il demande par ailleurs la mise sur pied des exigences pré électorales. “Il faut un scrutin à 2 tours; au moins 10 millions de personnes doivent s’inscrire sur les listes afin de barrer la voie à la fraude électorale; il faut remmener l’âge de vote à l’age majeure, c’est-à-dire 18 ans; il faut fixer un âge au delà duquel on ne peut plus être candidat et cet âge doit être fixé à 70 ans”, énumère le candidat qui promet aux citoyens un Etat au service exclusif du peuple.

Blaise Djouokep (Stagiaire). Mutations

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site