Related Posts with Thumbnails

Calixthe Beyala perd contre Michel Drucker

L'écrivaine Calixthe Beyala a été déboutée mardi d'une action intentée en France contre l'animateur de télévision Michel Drucker. La romancière d'origine camerounaise, qui s'estime victime d'une rupture de contrat abusive, a fait appel de la décision.

L'écrivaine Calixthe Beyala, qui revendique une liaison avec Michel Drucker entre 2004 et 2006, a été déboutée mardi de l'action qu'elle avait intentée à Paris contre l'animateur de télévision pour rupture de contrat.

L'écrivaine française d'origine camerounaise dit avoir écrit un livre à la place de Michel Drucker mais n'avoir jamais reçu les 200.000 euros qu'il lui avait promis.

En juin 2005, un contrat de commande d'ouvrage avait été conclu entre Michel Drucker et les éditions Albin Michel, pour un livre d'entretiens où le présentateur télé devait répondre aux questions de Régis Debray.

Ouvrage non publié

Un projet avait été rédigé mais l'ouvrage n'avait pas été publié.

A l'audience du 18 mai, Mme Beyala, 48 ans, avait affirmé avoir rédigé les réponses de l'animateur aux questions de Régis Debray, puis envoyé un premier manuscrit aux éditions Albin Michel, en 2006.

"Il m'avait promis 200.000 euros en échange de mon travail, mais il a refusé de me les donner quand on s'est séparé en 2006", avait témoigné l'auteure.

De son côté, l'avocat de Michel Drucker avait opposé un démenti catégorique. "Il n'y a aucun élément dans le dossier sur un accord financier", avait plaidé Me Jean-Pierre Mignard, dénonçant "la stratégie perverse et sournoise de Mme Beyala".

"Le travail de Mme Beyala n'est pas technique"

Dans un jugement rendu mardi, la 3e chambre civile du TGI de Paris a constaté que Mme Beyala avait bien "réalisé une synthèse des réponses apportées par Michel Drucker" à trois des douze questions posées par Régis Debray.

Toutefois, note le tribunal, "ce travail n'est en rien l'empreinte de sa propre personnalité. Or ne sont susceptibles de protection par le droit d'auteur que les oeuvres originales".

"Le travail de Mme Beyala, conclut-elle, n'est donc qu'un travail technique et elle ne peut revendiquer une quelconque qualité d'auteur".

Condamnée pour procédure abusive

A ce titre, la 3e chambre a débouté l'écrivaine, la condamnant même à verser un euro à Michel Drucker pour procédure abusive.

Mme Beyala a exprimé auprès de l'AFP son intention de faire appel. Elle estime que la "décision est contradictoire et absurde dès lors que le tribunal a reconnu l'existence d'un travail effectué qui mérite donc salaire".

Calixthe Beyala est l'auteure de nombreux romans, parmi lesquels "C'est le soleil qui m'a brûlée", "Les honneurs perdus" ou "La petite fille du réverbère".

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site