Related Posts with Thumbnails

MES LECTURES

Sankofa cry, Morceaux choisis

Je souhaite vous présenter un livre qui m’a beaucoup ému, j’en est même presque pleuré, tellement il m’a rappelé des choses que j’ai vécu, et ressentit. Il s’agit des aubes écarlates de Leonora Miano et en voici quelques morceaux choisis. (En marron des extrait du livre et en noir quelques incrustation s pour faire relier des phrases/ paragraphes du livre).

L’esclavage est  le  1er crime contre l’humanité dont on avait gardé trace. Celui qui, trop longtemps ignoré avait engendré les autres. Une fois qu’on avait réduit des humains à cela, qu’hésiterait-on à commettre ? Devant quoi reculerait-on ? Le continent africain a été la source unique du trafic d’esclaves, on ne s’était pas servi ailleurs. Et aujourd’hui encore il est le puits sans fond d’où les autres tirent leur croissance. Et bien sure il se trouve toujours une main autochtone pour participer au crime. C’est à croire que nous payons une dette mais,  si nous avons commis une faute nous avons déjà payé. Une fois les européens suffisamment riches, industrialisés ils n’avaient plus besoin d’esclaves. C’est là qu’ils sont devenus extrêmement moralistes. C’était soudain très vilain d’acheter des humains. Il valait mieux se rendre chez eux, se partager leurs terres, les asservir sur place.  Ils affirment ne plus être aujourd’hui, ceux qui ont jadis perpétré ces crimes. Pourtant, lorsque ca les arrange, ils s’empressent de réclamer leur affiliation avec ce soi disant siècle des lumières qui n’a fait qu’obscurcir notre univers, polluer notre atmosphère. S’il y a continuité dans l’histoire, alors il y a continuité dans la culpabilité.

Certains ports négriers étaient devenus des lieux de pèlerinage. Pourtant, le continent n’avait pas érigé de monument à la mémoire de ses morts. C’est en partie en cela que réside notre tragédie. Nos pères n’ont pas inscrit leur pensée sur du papier, la laissant voler au vent pour arriver jusqu’à nous. Il est donc facile pour des manipulateurs, d’entrainer des foules dans le mensonge.

Les africains ne parviennent pas à inscrire leur expérience dans la globalité de l’aventure humaine. Ils ne peuvent dépasser les représentations négatives qu’on a d’eux, ils ne parlent jamais de ce qu’ils pensent d’eux-mêmes, mais de la manière dont ils ont été considérés : humains inaboutis, singes un tantinet plus évolués que les autres. Il est donc inutile de leur dire aujourd’hui que tout cela est loin, que c’est fini, que maintenant on les aime, que black is fashionable, qu’on sait qu’ils peuvent travailler à la NASA et écrire des livres. On peut leur dire ce qu’on veut cela ne passe pas et pour cause : les peuples subsahariens n’ont pas seulement été dominées, ostracisés, on les a exclue du genre humain. Les guerres et autres massacres perpétrés par nous et contre nous n'interessent l'opinion internationale que  quand la population de la zone concernée a diminué au moins d’un quart.

Lire la suite

Une Affaire de Nègres

A voir Absolument!

L'histoire :

Cameroun. En un an le Commandement Opérationnel, une “unité spéciale” des forces de l’ordre qui lutte contre
le banditisme dans la région de Douala, fait disparaître impunément plus d’un millier de personnes.
« On dit des Africains qu’ils ne sont pas prêts pour la démocratie, alors je m’interroge : ont-ils jamais été prêts pour la dictature ? »Wole Soyinka - Prix Nobel de Littérature
Osvalde Lewat reprend cette interrogation à son compte quelques années après, habitée par cette histoire terrible et le souvenir des familles de victimes qui se battent encore pour savoir ce que sont devenus leurs disparus...

Sortie au Cinéma le 23 Septembre 2009

Les Films du Paradoxe 2 bis rue Mertens 92270 Bois-Colombes (France)

Tel 01.46.49.33.33

films.paradoxe@wanadoo.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !

Soul Food équatoriale

Dans mes promenades à la  Fnac cherchant des bouquins de gestion je me suis aventurée au rayon litterature étrangère section Afrique et je suis rentrée avec 12 livres (lol) dont aucun de gestion.

et j'ai attaqué par un poche de Léonora Miano "Soul Food équatoriale" un vrai régal.

petit résumé que je trouve bien tiré du site EVENE.

"En nous faisant humer et palper une pierre à écraser imprégnée de senteurs qu'elle utilise pour broyer le gingembre et les crevettes séchées, Léonora Miano nous conduit jusqu'aux rivages du Cameroun. Dans ce pays marqué par sa culture culinaire, puisqu'il doit son nom aux écrevisses - camarones - qui pullulaient à l'embouchure de son fleuve, mets et mots se chargent d'une poésie toute particulière. Le jazz devient sauce tomate glissée dans les sandwichs saxophones, les beignets haricots remplissent l'âme, une morue bien cuisinée devient juge d'une rivalité amoureuse, et même des sauterelles deviennent d'inoubliables festins...<Photo 1>

je recommande il fait 100 pages (j'ai horreur des pavés) très aéré, une pointe d'humour.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs Ma Page sur Hellocoton Recettes de cuisine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×